Réflexion urbaine et concertation à Achicourt

Territoires en Transitions accompagne le Conseil citoyen intercommunal Achicourt Arras Sud dans son ambition d’alimenter le débat public concernant l’avenir d’une ancienne cité des cheminots de 4 hectares. Cette initiative est soutenue par la Préfecture du Pas-de-Calais dans le cadre des crédits « politique de la ville ».

Notre mission a été, d’une part, de mener une large concertation avec les habitants et les acteurs locaux afin de connaître la manière dont ils vivent cet espace et comment ils souhaitent le voir évoluer et, d’autre part, de mener une réflexion plus stratégique concernant son aménagement.

Un territoire autrefois très animé.

Ce qui était beaucoup plus qu’un simple stade comprenait des maisons pour les cheminots, une école maternelle, des bains douches, une bibliothèque, des bistrots, une Place qui accueillait fêtes et kermesses, la Goutte de lait qui aidait les jeunes mamans, des installations sportives et… un stade de foot, avec sa tribune et son club des cheminots. Ainsi, le stade Camphin était un lieu de rencontre et de vie, une centralité pour ce quartier d’Achicourt où tous les habitants ou presque avaient quelque chose à y faire ou y vivre de manière quotidienne. Progressivement, la plupart des équipements ont été démolis et le stade s’est éteint. De nombreuses maisons de cheminots ont été détruites pour être remplacées par des maisons mieux équipées. L’amélioration du confort de ces logements a rendu les bains-douches obsolètes qui ont été détruits. Le club de foot local a fusionné avec le club de la ville d’Achicourt et a joué sur un autre stade. La bibliothèque a été reconstruite ailleurs, tout comme l’école maternelle. Ce territoire, que les anciens ont connu si animé, est devenu un espace très peu vivant. Une salle de tennis et une salle de sport polyvalent accueillent encore plusieurs associations sportives, mais ces équipements sont désuets.

Comment redonner vie au stade Camphin ?

C’est la question que se posent de nombreux habitants et élus du territoire. La réponse n’est pas évidente, surtout dans un contexte économique qui laissera peu de place aux investissements. Quoi qu’il en soit, le Conseil Citoyen Intercommunal est convaincu que l’avenir doit se baser sur le vécu des habitants et la manière dont ces habitants pratiquent cet espace. C’est à partir de ce vécu, qu’une réflexion de fond pourra être lancée et aboutir à l’esquisse d’un projet de territoire.

Ce document présente : (1) un état des lieux du territoire issu de l’exploitation de plusieurs documents (cartes anciennes, documents d’urbanismes, archives photos, etc.) ainsi que de la rencontre avec 30 habitants du quartier, des élus, des responsables d’association et techniciens du territoire et (2) des orientations pour l’avenir.

L’étude est disponible en cliquant sur l’image.