Après COVID : coopérer ou mourir !

La crise du COVID a confirmé la grande fragilité du commerce et en particulier des petites structures qui disposent souvent de trop peu de trésorerie pour faire face à une absence prolongée de recettes.
Cette fragilité est d’autant plus forte pour le petit commerce qui a connu plusieurs autres chocs violents bien avant le COVID : développement irresponsable du commerce en périphérie, croissance exponentielle du commerce en ligne et travaux souvent interminables dans certaines rues commerçantes.
Pourtant, tout le monde ou presque s’accorde à penser que les villes ne pourront se passer d’un commerce local qui constitue une partie de son identité et de sa vitalité.
Pour éviter la catastrophe que constituerait la poursuite du déclin du commerce dans les centres-villes et les quartiers, nous devons absolument changer notre manière d’aménager le territoire en faisant davantage coopérer les acteurs.

Les commerçants indépendants souhaitent apporter une contribution active à cette dynamique.
Ce cahier du commerce n°6 réalisé avec la FICOMEL va dans cette direction.